Winter Chestnuts

Hiver dans l’hospice-2

Châtaignes d’hiver

Il faisait frais en ville et les feuilles des arbres de la passerelle sont tombées. Une dame marchait autour de lui quand il commençait sa promenade nocturne comme un somnambule. Cela dégageait une impression d’extrême fantaisie sur le degré d’atmosphère. Les cyprès de la cour surplombant le porche bleu ciel étendent leurs cheveux colossalement en hiver comme un animal surnaturel. L’odeur de hot-dog des cafés, les scènes comprises quand il se souvenait de la mémoire de sa mémoire, se développaient, comme un sorcier sur une couverture usée, il se répandait, une sorte de cadeau généré par la maladie pour cette saison.

Quand il pourrait relire de mémoire, les scènes froides hostiles avec ses alliés peuvent être très loin, mais de toute façon, il s’agit d’un besoin primordial, c’est un autre souvenir.Sans aucun doute, même les arômes des avenues qu’il pourrait revoir maintenant. Cependant, tout n’était pas heureux pour lui à ce moment-là. Il avait ses fardeaux, les énormes difficultés qu’il avait traversées, en partie, un échec pour son parcours régulier, conduit par un homme égocentrique, loin de l’image qu’il voulait créer à l’époque. Mais en réalité, ne gardant pas cette identité interne, il devrait rester en contact avec son père ou sa mère. Il a senti que, par inadvertance, il avait nui à l’amour qu’il avait eu, l’avait gaspillé, comme un cochon avec des perles, dit-on avec moins d’inquiétude pour tous, même pour son avenir. Celui qu’il avait acquis de l’autre, surtout maintenant, la dame de la saison ressemble à un arbre sur lequel se pencher, un marronnier du sud-est de l’Angleterre.

Il essuya la transpiration de son corps et repartit. Elle a marché autour de lui jusqu’à ce point. Elle a quitté sa famille pour lui et il s’est demandé s’il pourrait l’obliger à faire ce dont elle avait besoin en cette saison. Elle devrait prendre après une autre jeune femme à la saison du mariage. Ce que tous veulent ou était-elle sans précédent. À l’improviste, une fourgonnette est passée et ça craquait. Les marchands gonflables dans un rire divertissant. Le temps des riches et des exclus. Vagabonds et souverains. Le temps du désir, de l’amour vain, de la misère, des épreuves, du désespoir. Il prit son journal et créa le haïku qu’il avait commencé vers le début de la journée…

– (d’une oeuvre de fiction en cours)

Published by azuremorn

Writer, traveler. Lives in India.

2 thoughts on “Winter Chestnuts

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: